Share your adventures | Livraison offerte avec le code BLACKNOEL20
Navigation close button

SAV et réparation

Obsolescence et catastrophe écologique programmées.

Il fût un temps pas si lointain où on réparait tout : les chaussettes trouées, les fers à repasser et même les lunettes. Mais la mondialisation, la découverte des polymères (notamment du plastique) et la modernisation des styles de vie a laissé la place au concept du « jetable ». Y’en a même qui se sont dit « c’est cool ça, on va même tout faire pour que ça dure le moins longtemps possible, comme ça les mecs, ils vont devoir racheter plus souvent ! C’est génial non ? »… (oui, ça a dû se passer comme ça à un moment donné dans une salle de réunion d’un fabricant de frigo… ou de collants). Bref… on avait même réussi à inventer un concept encore plus poussé : l’obsolescence programmée.

Mais aujourd’hui, on réalise qu’on est peut-être allé un peu trop loin… Et après avoir beaucoup (trop, mais vraiment trop) jeté on découvre que ce n’était peut-être pas une si bonne idée que ça. Que les tortues confondent les sacs plastiques avec des méduses, qu’on retrouve des morceaux de brosse à dent dans les poissons qu’on s’apprêtait à manger… et qu’une partie de nos déchets formait maintenant un « 7ème continent ». Enfin, si encore toute la pollution était visible… On vous laisse regarder le site de l’asso « Expedition 7ème Continent » sur le sujet.

Maintenant qu’on a le nez dans le plastique, on essaye de trouver des solutions pour limiter la casse. Le recyclage est une solution d’avenir, et on est encore loin de réaliser toutes les possibilités que ça peut nous apporter. Mais une solution du passé est tout aussi efficace, du moins complémentaire : la réparation.

Réparer pour durer.

Pour éviter de jeter, il faut des produits qui durent. Et pour qu’un produit puisse être utilisé le plus longtemps possible, il faut pouvoir le réparer, le rafistoler, le recoudre et donc en prendre soin. Comme on l’a vu dans notre article sur l’éco-conception, la réparation est à prendre en compte dès la conception du produit. L’idée étant de faciliter la tâche de celui qui va réparer et prolonger la durée de vie du produit.

Ce n’est donc pas « génial » de proposer un service de réparation d’un sac à dos, c’est tout simplement normal. On appelle ça du « service après vente ». Car même si on fait notre maximum pour créer et mettre sur le marché des produits de qualité (donc censés durer dans le temps), on n’est pas à l’abri d’un problème de conception, de production ou d’une boucle moins solide que prévu (on sait de quoi on parle). On est responsable du produit qu’on vend et c’est pour ça qu’il existe une durée légale de garantie portée à 2 ans. Période pendant laquelle on doit vous proposer la réparation, l’échange ou le remboursement du produit.

Mais on devrait aussi se sentir responsable de la durée d’utilisation d’un produit au delà des 2 ans de garantie légale, tout autant que sa fin de vie (on aimerait d’ailleurs étendre notre garantie à 5 ou 10 ans, mais on n’a pas assez de recul pour le moment). Les marques devraient être obligées de proposer une solution de réparation et de recyclage au client (à voir qui paie?). Et le client devrait aussi avoir l’interdiction de le jeter (dans la nature, of course) voire l’obligation de l’apporter au recyclage. C’est une solution qui ne fonctionnera que si on s’y met tous : marques, clients, politiques, industriels….

SAV : un service pour vous et pour la planète.

Bref, tout ça pour vous dire que même si on essaie de faire des sacs solides et durables, et qu’on a finalement peu de retours, on a mis en place un programme de réparation dans le cadre d’un service après vente (SAV). On travaille avec l’atelier GreenWolf spécialisé dans la réparation de textiles outdoor : vêtements techniques et sacs à dos. Ils travaillent pour les plus grandes marques du secteur (Patagonia, Millet, Picture…) et sont situés au pied du Mont Blanc dans la vallée de Chamonix.

Alors si vous remarquez un défaut dans les 2 ans après l’achat (boucles, sangle, zip) n’hésitez surtout pas à nous contacter. Vous pouvez aussi aller sur notre page « Retours & Réparations » pour plus d’info. Et si vous avez besoin d’une réparation mais qu’on n’y est pour rien (déchirure ou bretelles restées dans les rayons de votre vélo) pas de panique, on trouvera une solution ensemble (sur devis).

Re-conditionnés.

Comme on vous le disait, on a finalement peu de retours. Mais quel que soit leur état, les sacs ne sont ni jetés, ni brûlés, ni abandonnés dans une benne.

On a voulu mettre en place la vente sur notre site de produits re-conditionnés mais on n’y arrive pas. Ils sont vendus par le bouche à oreilles avant d’avoir le temps de les mettre en ligne !

On ne va pas se plaindre de ne pas avoir assez de retours quand même… Mais gardez un oeil sur notre site dans la partie « Le coin des bonnes affaires », il peut y avoir un sac neuf mais sans emballage à un prix intéressant, des fins de série (quand on en a !), un modèle d’exposition ou un autre tout rafistolé et plein de cicatrices, à un prix dérisoire.

L’atelier de réparation en images.

Greenwolf inspection sac meromero
Greenwolf inspection sac meromero
Greenwolf inspection sac meromero
Greenwolf reparation sac meromero
Greenwolf reparation doudoune patagonia couture
Greenwolf second life outdoor reparation sac meromero
Greenwolf reparation sac meromero
Greenwolf tissus reparation sac meromero
Plus aller plus loin

12 juin 2020

Après avoir essayé en France et en Slovaquie, on a décidé de faire fabriquer nos sacs au Vietnam et on vous explique pourquoi et dans quelles conditions....
HIPI colis reutilisable retour boite jaune

19 septembre 2020

Il est possible de réduire les déchets et de limiter son empreinte sur l'environnement grâce aux colis réutilisables. On vous explique tout....